Journal d'une maman ordinaire

Blog grossesse, parentalité, bébé, lifestyle
Vie quotidienne / Lifestyle

Mon séjour à la maternité

Voici la suite de l’article concernant mon accouchement.

Pour reprendre là où je m’étais arrêtée, j’arrive donc en suite de couches à 15h.

15h20 : Je peux enfin prendre ma petite princesse dans les bras et lui donner le biberon. Moment magique !

16h : petite collation avec un yaourt nature et une compote. Je n’ai pas le droit de manger autre chose pour le moment le temps que le transit reprenne. N’ayant pas mangé depuis le dîner de la veille, j’ai horriblement faim…

16h50 : premier levé. J’avais lu que le premier levé devait se faire dans les 12h premières heures après un accouchement par césarienne. Je suis donc surprise quand l’infirmière me demande de me lever avec son aide et d’aller aux toilettes pour essayer d’uriner. Je me lève lentement mais sans douleur et arrive à destination. Mais impossible d’uriner. Vessie toujours endormie. Elle me dit que je dois uriner avant 19h, sinon, on me pose une sonde urinaire. Non merci… L’infirmière repart.

17h30 : première piqûre contre la phlébite. Une piqûre par jour pendant 7 jours. Sur les cuisses… Ça me donne des bleus… Très joli…

18h03 : Je décide de retourner aux toilettes par peur qu’on me pose la sonde. Alleluia ! Pas besoin de sonde !

17h : prise des cachets anti-douleurs. Je dois en prendre toutes les 6h.

19h : dîner. Je dois avouer que je ne suis pas fan de la nourriture distribuée à l’hôpital mais on n’a pas vraiment le choix.

22h47 : la princesse est emmenée à la nursery pour y passer une partie de la nuit.

23h : Une nouvelle patiente césarisée aussi arrive dans la chambre. Son bébé part aussi en nursery.

5h : Bébé revient auprès de moi.

8h15 : petit déjeuner (chocolat chaud, pain, beurre, confiture)

9h05 : prise de tension

12h30 : déjeuner.

13h50 : prise de sang. L’infirmière enlève le pansement qui recouvre ma cicatrice. Je n’ose pas regarder… Elle contrôle l’état de mon utérus, des jambes et des yeux. Ce n’est pas douloureux.

C’est à peu de choses près la routine quotidienne de mon séjour à l’hôpital, entrecoupée par les biberons, les couches, les visites et les siestes.

Le mardi 4 juillet, c’est le premier bain de bébé. La puéricultrice nous montre comment donner le bain, quels soins lui prodiguer et la façon de le faire. C’est papa qui s’en occupe car maman a un peu mal… Maman donnera le bain le lendemain soit le mercredi 5 juillet, car papa est parti travailler.

C’est la première douche aussi pour maman. C’est compliqué de se tenir debout aussi longtemps. Il faut nettoyer la cicatrice. J’essaie donc de me familiariser avec la cicatrice. Je passe ma main avec le savon stérile. Je sens les agraffes, c’est très désagréable mais quand il faut y aller, pas le choix, on le fait. Je regarde pour la première fois la cicatrice et ça me fait bizarre. Des agraffes tout le long de la cicatrice (12 au total), mais ça ne me fait pas mal. Ça tire seulement lorsque je bouge.

Pas de nursery ce soir. Priorité aux nouveaux nés de la journée. Dans la nuit, c’est la montée de lait… Horrible… C’est douloureux… Et bébé fait une crise à 3h du matin (à cause de la montée de lait d’après la sage-femme). Elle vient de boire son biberon, je viens de lui changer la couche. Je n’arrive pas à la calmer. Elle finit donc la nuit dans mes bras, seul endroit où elle se calme. Je ne dors donc pas de la nuit…

Le mercredi 5 juillet, une prise de sang est effectuée cette fois sur bébé. Elle sert à détecter des maladies rares. Résultats sous 3 semaines.

La pédiatre passe examiner bébé, vérifier que tout va bien. La sortie de l’hôpital est conditionnée par la validation de la pédiatre. Tout est parfait. Bébé est en pleine forme !

Une nouvelle crise la nuit à peu près à la même heure que la veille. Je la reprends donc dans mes bras pour la nuit.

Jeudi 6 juillet 2017 : jour de sortie. Je suis pressée de rentrer chez moi !

9h : bébé est pesée. Je lui donne ensuite le biberon. Papa arrive. On nous donne le carnet de santé de bébé avec les ordonnances : échographie des hanches pour bébé car en siège depuis le début, échographie pour maman pour vérifier que tout va bien au niveau de l’utérus et du périné, séances de rééducation périnéale et abdominale pour maman, médicaments et produits de soin pour bébé et maman, ordonnance pour la visite d’une infirmière à la maison pour effectuer les piqûres et enlever les agraffes. On me redonne également mon dossier médical.

Une infirmière procède aux dernières vérifications concernant mon état : elle regarde ma cicatrice et dit qu’elle est “jolie”, vérifie la tonicité de mon utérus, vérifie l’état de mes jambes et de mes yeux.

On habille notre fille pour la sortie, on passe remercier le personnel qui s’est occupé de moi et de bébé. Et en route pour la maison.

Je suis soulagée car bien que le personnel prenne soin de nous à merveille, le séjour n’est pas de tout repos. Entre les allers et venues du personnel pour les soins de la maman puis les soins du bébé toutes les 2h environ, la prise de tension, apporter les plateaux repas, les reprendre, les femmes de ménage, les visites de la voisine de chambre et les visites de ma propre famille, les changements de garde, etc, on ne peut pas vraiment se reposer. Du moins pas autant que chez soi. Un peu de tranquilité n’est pas du luxe après un séjour à la maternité !

Dans l’ensemble, le personnel de la maternité était au top : adorable, attentionné, à l’écoute, souriant, nous conseillait, nous rassurait. Tout ça dans la bonne humeur. J’y retournerai surement pour bébé 2 !

Me concernant, je n’ai pas souffert contrairement à mes appréhensions. J’ai lu beaucoup de témoignages “négatifs” concernant les suites de couches après une césarienne, notamment concernant la douleur, mais je n’ai pas vraiment au mal pendant le séjour. Des tiraillements. Surtout de la fatigue et de la frustration de ne pas pouvoir trop me déplacer et d’être un peu assistée. Mais j’ai globalement bien vécu ma césarienne. Que ce soit l’opération en elle-même ou la vie post-accouchement.

Je vous raconterai le retour à la maison dans un prochain article.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *